http://www.erections-sans-medicaments.com

 

La psychothérapie

 

En réalité, nous devrions plutôt dire "Les psychothérapies", tant il existe de méthodes différentes...

 

Certains se plaisent à dire qu'il y a autant de psychothérapies qu'il y a de psychothérapeutes, ce qui est vrai car chaque psychothérapeute applique ses techniques, comme il l'entend et selon sa propre personnalité.

 

Les entretiens sont de "face à face".

 

Ni sexothérapie, ni psychanalyse

 

A noter que la psychothérapie n'axe pas tout le travail psychologique sur le problème sexuel, sinon, on parlera plus volontiers de "sexothérapie".

 

Par ailleurs, le travail mené diffère de la psychanalyse, laquelle étend son champ d'action sur la personnalité "profonde" de l'individu.

 

Néanmoins, à travers le "mieux être" en général du patient, l'objectif est d'amener celui-ci à remonter dans son inconscient afin de découvrir les raisons qui l'empêchent d'obtenir des érections de bonne qualité, lors de ses rapports sexuels.

 

Postulat

 

La psychothérapie part du postulat selon lequel l'homme qui souffre de difficultés d'érection "retient", "contient "ou "empêche" ses érections de se produire, pour des raisons inconscientes.

 

Théoriquement, lorsque le patient a découvert les raisons inconscientes du problème, ces raisons passent dans la conscience et ne sont plus un obstacle à son évolution : c'est en cela que le travail en psychothérapie rejoint celui effectué en psychanalyse.

 

Ayant mis à jour ses blocages, cela veut dire également que le patient peut, dès lors se donner les moyens pour résoudre le problème qu'il rencontre.

 

Multiples raisons

 

Ces raisons inconscientes peuvent être diverses et il est impossible d'en dresser la liste complète.

 

Malgré tout, revenir sur le passé et exhumer les quelques raisons inconscientes qui  ont créé un tel bouleversement qu'elles puissent être à l'origine de difficultés d'érection ressenties des dizaines d'années plus tard et l'on comprendra que le travail ne peut guère porter sur des aspects réjouissants de l'enfance, et ce, sans pour autant vouloir faire une caricature outrancière des psychothérapies.

 

Nous pensons, quant à nous que ces méthodes, si elles aboutissent parfois à des résultats (qui ne sont pas toujours ceux que l'on attendait !...) entraînent souvent beaucoup de souffrance et parfois des "dégâts" dans la personnalité du patient mais aussi dans celle de ses proches.

 

Les larmes, les cris, la souffrance sont, selon certains psychothérapeutes le "prix à payer" afin de retrouver un équilibre plus conforme à nos aspirations.

 

Autres re-constructions

 

Nous ne partageons pas ce point de vue car nous pensons que lorsque la souffrance peut être évitée, l'individu peut se (re)construire de façon plus harmonieuse.

 

Quand on sait qu'une psychothérapie dure souvent quelques mois, voire plusieurs années, on prend mieux la mesure du travail et des sommes d'argent engagées.

 

Nous ne nions pas l'intérêt d'un tel travail mais nous pensons que si d'autres techniques parviennent à résoudre un problème d'érection, ce sera peut-être toujours autant de temps, de souffrance et d'argent épargnés.

 

Rappelons qu'en France, les psychothérapies sont des "thérapies de confort" (selon l'appellation consacrée) et qu'à ce titre elles ne peuvent donner lieu à aucun remboursement de la part des organismes sociaux.

 

Nous savons qu'il en va différemment dans d'autres pays européens... mais pas seulement européens !...

 

 

VOTRE AVIS...

Qu'est-ce qui vous gêne le plus, avec le médicament ?
 

Vos réactions...